Un road trip dans la belle province, 2nde partie

Voici la suite et fin de notre road trip au Québec en septembre 2017.

 

Après une première semaine « citadine »  avec Ottawa, Montréal et Québec, cette seconde semaine sera plus orientée « nature » avec Charlevoix, Tadoussac, le fjord de Saguenay et le Parc National de la Jacques Cartier.

 

Un voyage dans la belle province à la découverte de la faune et des paysages  typiques du Québec.

 

Pour ceux  qui voudraient lire  la première partie de nos aventures, cliquez ici.

 


Charlevoix

Ce matin, le temps est brumeux, programme du jour : l’Isle aux Coudres et quelques villages sur la route vers Baie Sainte Catherine où nous sommes attendus ce soir. La route entre Les Éboulements et Saint Joseph de la Rive est une descente abrupte en ligne droite. Nous laissons la voiture à Saint Joseph pour prendre le traversier à pied.

 

De l’autre côté, sur l’isle aux Coudres, une montée à pied nous attend. Arrivés au village il y a une fête avec des petites boutiques artisanales, de la dégustation de produits locaux et de la musique folk, l’ambiance est sympa mais nous voulons faire de l’auto cueillette donc nous partons vers la cidrerie du verger Pedneault. La boutique ne nous intéresse pas trop, on a fait le plein de cidre à Québec et en plus c’est bondé.

 

Nous repartons vers le verger à travers une piste dans la forêt, la balade est plaisante. Dans le verger, des familles dégustent et cueillent à même les arbres, il y a des pommiers de différentes variétés mais aussi des poiriers et des pruniers, certains arbres ont l’air très vieux. Une sympathique dame est là pour donner des poches,  expliquer le fonctionnement, peser la cueillette et encaisser la monnaie.

Nous cueillons une poche de pommes et des prunes bien sucrées et bien mûres, ça nous coûte à peine 8$, on a des fruits jusqu’à la fin de notre voyage. Des familles pique-niquent sur les tables qu’il y a dans le verger, la plupart des familles ont bien rempli le coffre de poches de pommes.

 

Après un petit en-cas, nous reprenons le traversier. Depuis le traversier et  l’Isle aux Coudres je contemple la magnifique côte de Charlevoix, les montagnes couvertes de forêt qui tombent dans le saint Laurent. Je me verrais bien vivre ici !

 

Au bord du Saint Laurent

 

Le traversier pour l’Isle aux Coudres

 

Auto cueillette sur l’Isle aux Coudres

 


Nous reprenons la route le long du Saint Laurent. Nous nous arrêtons au Cap-aux-Oies mais le vent s’est levé et le thermomètre qui nous avait habitué à des températures plus clémentes joue au yoyo, la température chute à 15°. La plage est belle et sauvage.

 

Juste après nous nous arrêtons à Saint Irénée, un village au bord du Saint Laurent, la température est remontée, des gamins jouent dans l’eau, il y a du monde à se balader sur la plage. En chemin nous voyons de belles couleurs d’automne, les plus belles jusqu’à maintenant.

 

Nous arrivons en fin d’après-midi à Baie Sainte Catherine, au gite « Entre mer et monts » où nous avons un très bon accueil de la part de Real, le propriétaire. Sur ses conseils, nous irons manger à « La bête à lunch », un bon petit resto.

 

A Port au Persil

 

Un beluga à Port au Persil


Baie Sainte Catherine/ Tadoussac

Après une bonne nuit, le programme du matin sera l’observation des baleines. Anne Marie, la femme de Real, nous réserve nos places sur un zodiac au départ de Baie Sainte Catherine.

Après un bon et copieux petit déjeuner, nous partons donc pour une excursion de 2 heures et demi « en mer », sur le Saint Laurent.

Mais avant d’embarquer il faut revêtir un équipement chaud et bien voyant et aussi signer une décharge en cas de problème. Le zodiac a une soixantaine de places, nous sommes à l’avant, ça ne secoue pas, il fait beau et il n’y a pas de vent donc pas de vagues. Avec le chauffeur du zodiac, une guide biologiste commente en français et en anglais, elle est passionnée, ça se sent.

A l'eau il y a pas mal de belugas mais nous ne pouvons pas trop nous approcher pour ne pas les déranger, ils sont en voie de disparition. Ils sont facilement visibles car ils sont blancs, on les voit de loin.

Nous voyons aussi des petits rorquals mais surtout une colonie de phoques qui nous entoure, puis une autre plus tard, ils ne sont pas farouches et s’approchent bien près.

 


Prêt à embarquer dans un zodiac

 


Une troupe de phoques

 

Quand le zodiac est à pleine vitesse, il fait froid, notre équipement et le bonnet ne sont pas de trop, alors qu’il doit faire plus de 20° à l’arrêt.

 

Alors que nous sommes loin des côtes, le zodiac s’élance vers l’entrée du fjord de Saguenay. Nous longeons les parois boisées quand nous tombons sur une petite troupe de phoques qui se dorent au soleil sur les rochers, ils sont différents de ceux croisés en mer. Ils posent pour nous comme des stars, on les mitraille.

Alors que nous revenons vers l’entrée, nous avons le spectacle magnifique d’un rorqual se nourrissant, l’excursion se termine en apothéose. Ça valait le coup, cette sortie sera un des moments forts du voyage, un souvenir inoubliable.

 

Un rorqual

Les phoques prennent le soleil

 


De retour sur terre à Baie Sainte Catherine, nous prenons le traversier pour Tadoussac, Real et Anne Marie nous ont conseillé un resto pour midi. Alors que nous attendons pour embarquer sur le traversier (la route surplombe l’entrée du fjord), c’est un festival de belugas, il y en a partout, bien reconnaissables car tout blanc.

 

Une fois de l’autre côté, à Tadoussac, nous mangeons au « Bateau », un resto qui fait un buffet à volonté, dommage qu’il y ait un bus de touristes français bruyants…

 

Après manger, nous partons environ 5 kms vers le nord, vers une plage avec de belles dunes que nous avons vu depuis le large, parfait pour une petite balade digestive. Nous revenons à Tadoussac marcher le long du promontoire rocheux en bord de Saint Laurent, dans l’espoir de revoir des belugas, mais ils ne se montrent plus, tant pis. Nous repassons le traversier pour aller voir le coucher de soleil au lac du Séminaire, le soleil couchant sur la forêt rend ce moment magique, quel spectacle ! En plus nous entendons un cri d’animal que nous ne connaissons pas, même pas Alain qui est un chasseur, ce cri est flippant et bizarre… qu'est-ce que c'était?

 

Mais il est temps d’aller souper, retour à "la bête à lunch", c’est une bonne adresse, une valeur sûre.

 

Une belle plage au nord de Tadoussac

 

Coucher de soleil au lac du Séminaire

 

Le fjord de Saguenay

Ce matin, au petit déjeuner, Real nous montre une photo prise à 6h du mat, montrant qu’il faisait déjà 23°, il n’a jamais vu un temps comme ça pour une fin septembre, alors qu’ils ont eu un été pourri. Real a des tas d’anecdotes à raconter, c’est un régal de l’écouter, il nous raconte comment à la chasse,  quand il était jeune, il a ramené un ours sur son dos alors qu'il était à vélo ! Ou encore il nous dit que le sentier à côté du gite n’est pas un sentier de rando, mais un sentier fait par le passage des ours… Waouh, comme j’aimerais en voir un.

 

 

Mais il est temps de partir, nous allons vers Anse Saint Jean, au bord du fjord de Saguenay. Nous faisons quelques courses pour piqueniquer en chemin. La route est belle, en pleine forêt, entourée de collines. Nous nous arrêtons manger au bord d’un lac, il y en a tant dans le coin.

 

 

Nous nous arrêtons à Petit Saguenay, un village au bord du fjord pour profiter de la vue superbe sur le fjord. Nous arrivons assez tôt au "gite du Capitaine" à Anse Saint Jean, après avoir posé les sacs, nous partons à pied nous balader dans ce village aux belles maisons et qui a un pont couvert. Ce village est un des plus beaux du Québec d’après le guide, je n’ai pas de mal à le croire. Nous allons jusqu’au camping qui est au bord du fjord, des bernaches se reposent sur les bancs de sable découverts par la marée basse.  Je laisse mes compagnons de voyage, je continue jusqu’au bout du village. Je m’assoie sur la jetée pour profiter du paysage.

 

 

Ce soir nous achetons de quoi manger car les restos sont soit fermés soit pas folichons. Au gite nous avons une cuisine à disposition, nous mangerons du blé d’Inde (épi de maïs bouilli avec du beurre et du sel), une délicieuse tourte à la viande de « chez Louise » et du fromage local, tout ça arrosé de bière Boréale.

 


Les belles maisons d’Anse Saint Jean

 

A Petit Saguenay

            Les bernaches dans le fjord

 

Ce matin il pleut, la première fois depuis que nous sommes arrivés au Canada ! Heureusement ça ne dure pas longtemps. Aujourd’hui  nous partons vers le parc national de la Jacques Cartier en longeant le fjord jusqu’à Saguenay (Chicoutimi).

 

Peut-être est-ce dû au temps gris mais la ville de Saguenay ne nous semble pas attrayante ni attirante.

 

A partir d’ici nous partons plein sud sur la 175 direction Québec. Cette autoroute traverse la réserve faunique des Laurentides, une forêt boréale vallonnée, une taïga qui change de la forêt mixte que nous avons vu jusqu’à maintenant, on se croirait plus haut dans le nord. Les multiples panneaux « attention aux orignaux » rajoutent à cette impression de grand nord.

 

De temps en temps de jolis lacs  se dévoilent, nous voulons prendre un chemin pour trouver un coin pour piqueniquer mais des panneaux dissuasifs « chasse à l’orignal, circulation restreinte » nous stoppent. Nous trouvons quand même un coin sympa en forêt. Petit à petit nous retrouvons des feuillus avec des couleurs plus variées, fini le vert sombre et austère de la taïga.

 

Nous arrivons à Aventures Nord-Bec en début d’après-midi, accueillis par 2 gros malamutes adorables.

 

Nous posons nos sacs dans le chalet que nous avons réservé puis nous faisons une petite balade dans la forêt qui nous entoure, sur des sentiers dévolus aux traineaux à chien en hiver. D’ailleurs nous entendons les chiens hurler dans leur chenil. Le site d’Aventure Nord-Bec est sympa en bordure du parc de la Jacques Cartier, entouré de forêt, notre chalet est au bord d’un étang, une rivière passe à proximité. Le temps est menaçant, un puissant orage s’abat sur nous alors que nous allons faire des courses au village de Stoneham, ce soir nous mangeons au chalet.

Les propriétaires nous font bouillir les blés d’Inde que nous avons acheté, le chalet n’a qu’un four micro-onde.

 


A quelques mètres de notre chalet

 

Le Parc de la Jacques Cartier

Aujourd’hui c’est rando dans le parc de la Jacques Cartier, nous avons prévu de faire la randonnée « les loups », une rando classée « difficile » avec un dénivelé positif de 450m pour 3h30 de marche au total, est-ce que tout le monde va suivre ? On verra. Nous payons 8.50 $ par personne pour entrer dans le parc. Des panneaux insolites comme par exemple « attention, ralentissez, présence de renardeaux » ou encore « ralentissez, forte présence faunique » jalonnent la route, on espère en voir des animaux. Aujourd’hui il fait beaucoup plus frais après les orages de la nuit, la température ne dépassera pas les 12° au plus chaud de la journée, ça change des 30° de la veille.

 

 

La rando est sympa, la forêt d’abord mixte, devient plus « nordique » avec l’altitude, on passe des érables aux conifères. On arrive au bout d’une heure de marche à un premier belvédère sur la vallée de la rivière Jacques Cartier, la vue est superbe. La montée continue avec une bande de joyeux retraités québécois. Le sentier est pas mal fréquenté, il sera impossible de voir des animaux. Environ 1h après nous arrivons au sommet du sentier, au second belvédère, il est encore plus impressionnant que le premier, quelle vue sur la vallée de la rivière Sautauriski et les montagnes autour. Il y a un peu de monde qui mange un casse-croute, ce qui attire une martre pas trop farouche.

En fait la rando classée difficile ici serait plutôt une rando de difficulté moyenne dans les Pyrénées ou dans les Alpes.

 

De retour au parking nous mangeons dans la cabane refuge. Ensuite je descends vers la rivière pour contempler le paysage et faire des photos, j’effraie à peine un groupe de bernaches au bord de la rivière. En tout cas la vue est superbe, je me régale.

 

Pour récompenser Claudine du gros effort qu’elle a fait pour finir la rando (elle m'a scotché!), nous allons à la chocolaterie « Harmonie » à Stoneham, une très gentille dame nous accueille, nous prenons des crèmes molles glacées avec un enrobage, bien sucré, bien bourratif. Je le prends à l'érable mais il y a aussi chocolat blanc, chocolat noir et vanille. 

De retour au chalet, je profite qu’il fasse encore jour pour faire des photos des environs au soleil couchant.

 

La rivière Jacques Cartier

Depuis le premier belvédère

Depuis le second belvédère

Ce matin, c’est visite du  chenil avec le propriétaire des lieux et dès notre arrivée c’est un concert d’ hurlements, il y a des malamutes, des groenlandais et  des huskys. J’adore ces chiens, j’aurais voulu en avoir si je ne voyageais pas autant, difficile à faire garder !

En tout cas, j’adore, ils sont beaux et demandeurs de caresses, leur maitre nous explique leur rôle dans la meute et dans l’attelage, leur caractère, leur entrainement.

Il nous explique aussi comment les nourrir suivant la saison, comment fabriquer un traineau, il nous montre la nurserie, les harnais (certains badigeonnés de tabasco pour ne pas que certains chiens les lacèrent), bref, nous ressortons de cette visite en sachant presque tout sur l’activité de traineau à chien. Il faudrait revenir en hiver !

 

 

Après cette visite intéressante, nous mangeons vite pour repartir randonner dans le parc. Au programme  2 petites randos d’1 heure chacune : « La Tourbière » et « l’aperçu » car nous n’avons que l’après-midi.  « La Tourbière » est une rando en boucle sans dénivelé qui traverse une tourbière peuplée de castors et longe un peu la rivière Jacques Cartier, une belle balade avec des paysages différents de la veille. Puis nous marchons sur le sentier en boucle de la randonnée « l’aperçu », le long de la rivière Belleau, dans une belle forêt de feuillus, là aussi il y a des castors qui ont construit des barrages sur la rivière, des arbres ont subi leurs assauts.

 

 

Nous quittons le parc avec un pincement au cœur au soleil couchant, la lumière est superbe sur la forêt qui commence à avoir ses couleurs d’automne. Si j’habitais à Québec je prendrais un abonnement annuel pour profiter de ce magnifique parc, quel merveilleux terrain de jeu et d’aventure en toute saison pour faire du canoe camping, de la rando, des raquettes.

 

 

Ce soir c’est resto à Stoneham, « la Souche » est un bon choix pour notre dernier soir, comme le veut notre tradition en voyage, le dernier soir c’est un bon resto et on se lâche un peu pour finir en beauté. Nous passons une très agréable soirée à bien manger, à déguster des bières brassées sur place et à bien rire ensemble, contents de notre voyage à 4.

 

Au chenil

 

Des traineaux en attente de neige

 



Au parc national de la Jacques Cartier

 

Un petit matin frisquet devant notre chalet

 

Ça y est c’est le dernier jour, nous devons partir pour Montréal et aller à l’aéroport. Ce matin il a gelé, comme pour nous dire que nos vacances sont terminées, qu’il est temps de rentrer chez nous.

 

Après un trajet calme jusqu’à Montréal, nous rendons la voiture de location et attendons à l’aéroport, sniff…

 

Le bilan est plus que positif, nous avons tous adoré notre périple dans ce beau pays accueillant. Nous repartons la larme à l’œil mais persuadé que nous reviendrons.

Et si vous voulez un compte rendu de notre voyage avec nos bonnes adresses et nos conseils, c'est ici!

 

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Sab (mercredi, 29 novembre 2017 22:41)

    Il n’y a plus qu’à y retourner! On ne se lasse pas de ce continent une fois qu’on y a gouté... J-11 !!
    Biz

  • #2

    anduze (mercredi, 29 novembre 2017 22:42)

    bonsoir
    vous en avez vu plus que moi
    que la province est belle !!

  • #3

    Manu (mercredi, 29 novembre 2017 22:57)

    Bel article sur la nature Québécoise dans le Saguenay en particulier, découvrir cet immense territoire naturel doit être extraordinaire ! Les paysages sont grandioses et la nature domine dans le Saguenay. Les rives du Saguenay offre une multitude d'activités sur terre et mer. La faune sauvage aussi est magnifique, l'observation des bélugas, des phoques et autres animaux doit être impressionnante. C'est vrai que ça donne envie d'habiter dans ce beau pays où la nature règne et où les habitants sont vraiment accueillants et sympathiques. En tous les cas votre article est vraiment super bien détaillé et donne vraiment envie d'aller visiter le Québec.

  • #4

    Manu (mercredi, 29 novembre 2017 23:05)

    Je viens de voir que vous avez deux fois le même articles sur votre page d'accueil de votre blog de voyage, bonne soirée.

  • #5

    selama (jeudi, 30 novembre 2017 16:06)

    Oui il faut y retourner!
    Oui que la province est belle!
    Le Québec cumule des atouts qui me donnent envie d'y retourner et d'approfondir le sujet, de découvrir encore plus de lieux magiques.
    Merci Manu pour le compliment!

  • #6

    Midjo (samedi, 02 décembre 2017 02:48)

    Sympa votre article de voyage :)

  • #7

    selamat jalan (samedi, 02 décembre 2017 08:41)

    Merci!