Phu Quoc, enfer ou paradis ?

Phu Quoc est la plus grande  ile vietnamienne, située au sud-ouest du pays, proche du Cambodge.

 

Lors de notre voyage au Vietnam en novembre 2016, nous avons voulu y faire un tour, histoire de se détendre sur des plages paradisiaques.

 

En préparant notre voyage, j’avais lu du bon et du mauvais sur cette ile, nous avons voulu nous faire notre propre opinion.

 

Résultat, nous quittons l'ile plus tôt que prévu, avec un petit goût de déception, en fait la seule déception de tout notre séjour dans le sud du Vietnam.

 

Voici donc notre ressenti mi-figue mi-raisin.

 


L'hébergement

Nous avons logé au sud de Duong Dong, l'ile est très touristique et ça se voit dans l’hébergement. En fait, on a le choix entre des guesthouses ou hôtels classiques ou des resorts en bord de plage assez chers. Avant notre départ pour le Vietnam, nous avions recherchés les hébergements possibles sur l'ile, les "resorts" affichaient des prix minimum de 70€ la nuit dans un bungalow en bord de mer, trop cher pour nous, surtout si l'on compare avec d'autres pays comme la Malaisie ou les Philippines...

Durant nos deux semaines de périple à travers le delta du Mékong, l’hébergement à Phu Quoc fut celui ayant le plus mauvais rapport qualité prix. En résumé le plus cher hébergement avec en prime des puces dans le lit (pas de chance).

Et pour être dans un « resort » en bord de mer, il aurait fallu  y mettre le prix.

 

Duong Dong, la capitale de l'ile

Au premier abord, Duong Dong est une ville bruyante et assez étendue, on ne se croit pas en bord de mer et sur une ile.

 

Malgré cela nous avons été agréablement surpris par l’anglais limité des locaux et leur sourire (malgré le tourisme de masse), agréablement surpris aussi par les bonnes adresses peu chères pour manger et les quelques visites intéressantes comme le marché, le port et les quelques pagodes. Mention spéciale pour  une  petite plage typique locale avec une petite pagode où nous avons passé du bon temps à regarder le coucher du soleil parmi les locaux qui se baignaient et piqueniquaient, nous avons adoré ce moment.

 

Une 2x2 voies part de Duong Dong vers le nord, montrant clairement la volonté d'un fort développement de l'ile.

 

un joli sourire au marché de Duong Dong

au port de Duong Dong


la petite plage locale avec la pagode dans les rochers

au marché de Duong Dong


Les bateaux de pêche au large de Duong Dong

 

Des plages privées ou sales

En ce qui concerne les plages, le but d’un séjour à Phu Quoc, nous avons été déçus. En gros, pour avoir une belle plage propre il faut être client d’un « resort » qui longe les côtes, ce sont des plages privées avec des gardes, il faut montrer patte blanche pour y accéder.  Et surtout, pour avoir une plage assez propre "non privées" il faut s'éloigner de Duong Dong.

 

Donc nous avons loué un scooter pour dénicher des plages un peu désertes n’appartenant pas à un « resort », nous avons eu du mal. Un moment nous sommes tombés sur une belle plage longue et déserte: Vung Bau, il a fallu faire abstraction des déchets sur le sable mais nous nous sommes baignés dans une eau chaude et limpide. En reprenant le scooter et en longeant cette plage nous sommes tombés sur un immense chantier, un « resort » qui se construit, autant dire que le calme de cette plage est compté, dommage.

 

Ceci reflète ce que nous avons vu sur la côte nord-ouest de l’ile vers  Ganh Dau: le bétonnage à outrance, nous avons roulé le long de gros chantiers poussiéreux.

 

Et que dire de cette verrue qu’est le parc d’attraction Vinpearl Land…

 

La longue plage déserte, on ne voit pas les déchets le long de la végétation…

 

à Duong Dong, la plage des vietnamiens

et la plage des touristes étrangers


De très bonnes surprises quand même

Malgré tout, en sillonnant un peu  l’ouest et le nord de l’ile en scooter, nous sommes tombés sur de très bonnes surprises. Par exemple, nous avons roulé sur une piste quasi déserte (nous avons peut-être croisés 5 scooters et 2/3 voitures) qui traverse la forêt, ce fut un réel plaisir d’être dans cet environnement sauvage et calme. Nous nous sommes arrêtés marcher sur un sentier en pleine forêt, pour nous imprégner de la nature et de ses bruits.

 

 

Nous sommes aussi tombés presque par hasard sur un charmant village de pêcheurs dans un cadre de toute beauté, Rach Vem, dans le nord de l’ile. Des maisons au bord de l’eau sous les cocotiers avec quelques bateaux amarrés, des viviers et des pontons qui mènent à 2 ou 3 petits restos en plein milieu de la petite baie. De là on a la vue d’un côté sur le village avec en fond les collines couvertes de forêt et de l’autre côté, sur les iles cambodgiennes toutes proches.  Depuis le ponton qui mène aux restos nous voyons des plages désertes attirantes de part et d’autre du village, elles  semblent magnifiques.

 


Quelle beauté et quel calme sur cette piste

 

Ce charmant village de pêcheurs


Je le rappelle, ceci ne reflète que mon ressenti, certains aimeront Phu Quoc, d’autres détesteront, moi je suis mitigé, pour moi l’ile a vendu son âme au diable, elle a dû être belle il y a quelques années, aujourd’hui elle est en sursis. Pour répondre au titre de l’article « enfer ou paradis ? » : je dirais les deux, mais l’enfer gagne du terrain !

 

Certains diront qu’on ne peut pas se faire une idée en 2 jours sur place, qu’il nous aurait fallu plus de temps pour apprécier les lieux, sommes-nous peut-être trop blasés après presque 20 ans de voyage à travers le monde ? Moi, en tout cas ça me désole de voir des petits coins de paradis devenir en quelques années des ghettos bétonnés à tourisme de masse. Bien sûr tout le monde a droit à l’essor économique mais pas à n’importe quel prix.

 

Et vous qu’en pensez-vous ? Vous en revenez ? Vous désirez vous y rendre ? Quel est votre opinion ?

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Sab (lundi, 07 août 2017 19:28)

    Je n'ai pas compris pourquoi tu as été agréablement surpris par l'anglais limité des locaux ? ça me parait un minimum utile pour échanger non ?

    je pense que le problème effectivement quand tu as pas mal "baroudé" c'est que tu compares inévitablement avec d'autres pays similaires ou proches... C'est peut-être pas une bonne chose...
    Après c'est sûr que si tu recherches l’authentique, les constructions vont te gêner c'est évident, mais peut-être sont ils contents de cet essor pour l'emploi, l'économie ?
    Pour la saleté, nous sommes habitués à être "responsabilisés" vis à vis de la pollution de la planète, mais pas partout, j'ai effectivement constaté que des locaux dans certains pays peuvent par exemple boire dans un gobelet en plastique et le jeter par terre aussitôt vidé sans avoir le moindre scrupule, c'est limite choquant...
    conclusion cet endroit ne rentre pas dans tes critères de préférences, les atouts que tu recherches ne sont pas là bas... A mon avis ! Non ?

  • #2

    selamat jalan (lundi, 07 août 2017 21:35)

    En fait j'ai été agréablement surpris car dans les lieux hyper touristiques, les locaux parlent tous ou presque tous anglais. Là, de voir qu'ils ne parlaient pas ou peu anglais c'est une bonne surprise car on se dit que les gens ne sont pas encore trop touchés par le tourisme de masse, ils ont gardé comme une certaine innocence. Tu me comprends?
    Oui d'accord on est un peu blasé à force de barouder mais là c'est que j'ai été très déçu par l'ile qu'on m'avait vanté comme paradisiaque, mais peut-être que le béton est un critère de qualité pour certains.
    Pour la pollution en effet il y a du boulot dans ces coins là. Une fois j'ai engueulé un gardien de parc national en Malaisie qui avait jeté son mégot dans la mer où grouillaient des centaines de poissons multicolores qui se sont précipités pour le manger... Quel exemple ils donnent!
    En effet, pour moi les critères d'une ile paradisiaque c'est une ile avec peu d'impact humain sur l'environnement, c'est à dire peu de pollution, des constructions se fondant dans la nature environnante, pas de déforestation et peu de béton, mais c'est vrai que ça nuit au développement... comme je le dis, tout le monde a droit au développement mais pas à n'importe quel prix, ils détruisent leur poule aux œufs d'or, mais ce n'est que mon avis.

  • #3

    Sab (lundi, 07 août 2017 23:38)

    On est d'accord... une plage paradisiaque n'a pas de béton dans le paysage !! Je pense qu'on t'a vendu du rêve alors que tu l'avais déjà connu ailleurs... mais la personne n'avait peut-être pas encore vu mieux...?
    Biz