Un weekend à Marrakech

Marrakech est la ville la plus touristique du Maroc, elle attire, elle intrigue et déchaine les passions depuis des décennies.

 

Sur un coup de tête nous avons décidé d’y passer un weekend prolongé, attiré par la curiosité, par les vols courts et pas chers et par l’envie d’exotisme.

 

Sachant en plus que je connaissais une personne sur place que je n’avais pas vu depuis plusieurs années, cela nous encore plus motivé à sauter le pas. Yallah !

 


Le contexte

C’est la première fois que je venais au Maroc, j’ai longtemps hésité avant de venir, refroidi par les retours pas très réjouissants que j’entendais régulièrement. De retour d’Egypte, un pays que je n’avais pas aimé visiter pour diverses raisons (je l’explique ici dans cet article), on m’avait dit : « alors ne va pas au Maroc, c’est pareil ! ». Mais profitant d’un weekend prolongé, d’un ami sur place pouvant me servir d’hôte et de guide (merci Hubert ), je me suis dit « let’s go » ! De toute façon, si on y va pas on ne peut pas se faire une opinion.

 

En prenant nos billets d’avion je n’avais pas vu que nous y serions en plein ramadan, j’ai déjà vécu un ramadan en Indonésie, ça ne me fait pas peur, au contraire, une expérience en plus, le propre du voyageur est de savoir s’adapter.

 

Chez Hubert

 

Ce que j’ai aimé

la Medina

Elle est inscrite depuis 1985 au patrimoine mondial de l’UNESCO, à juste titre, c’est le cœur historique de Marrakech. Elle est cernée par des remparts, elle comporte différents quartiers, plus ou moins touristiques, des jardins, des mosquées, des musées, des souks, des foundouks, des palais et bien sûr la célèbre place Jemaa El Fna.

Notre hôte Hubert habite dans une belle maison traditionnelle dans la médina, dans un quartier populaire, à l’écart du tourisme de masse. En bas de chez lui, on est direct dans le bain, dans une ambiance que j’adore, dans un marché où se côtoient des vendeurs de légumes, de fruits, de poulets, de pain, des bouchers, des poissonniers, des vendeurs qui étalent leur petite récolte sur un drap à même le sol. C’est bruyant, ça parle fort, ça se bouscule, ça se salue, ça parlemente, ça négocie, comme n’importe où en orient, c’est dépaysant. Je préfère ça à l’ambiance parfois trop mercantile et trop touristique des souks autour de la place Jemaa El Fna. 

Dans la médina, les souks sont divisés en quartiers : le cuir, les tapis, les fringues, les épices, les teinturiers, la vannerie, les antiquaires, les  ébénistes, les ferronniers  et bien sûr la pacotille made in china vendue aux touristes. En marchant dans la médina, on tombe parfois sur des foundouks (des caravansérails) en plus ou moins bon état. Que dire des ruelles  étroites qui finissent souvent en impasse, qu’il est bon de s’y perdre, et les innombrables et belles portes  ouvragées et sculptées.

 

Par contre la place Jemaa El Fna m’a laissé un  sentiment plus que mitigé, le lieu archi touristique par excellence avec toutes les nuisances qui vont avec : harcèlement et arnaques en tout genre, de jour comme de nuit. Stand de jus de fruits (coupés à l’eau), stands de restauration, montreurs de singes, charmeurs de serpents, danseurs,… c’est la cour des miracles.

 


Dans la Médina

 

Un foundouk

Une ruelle de la Médina

Guéliz

C’est un quartier moderne totalement différent de la médina, ici, les rues et les avenues sont larges, les trottoirs sont propres, il n’y a pas de rabatteurs, de scooters fou, on y trouve des boutiques luxueuses comme on en trouve dans toutes les grandes villes du monde. Ce n’est pas un quartier inoubliable, ce n'est pas un quartier que j’ai particulièrement apprécié, mais j’ai trouvé intéressant de voir le contraste entre la médina et Guéliz,  c’est reposant par rapport à l’agitation et au bruit de la médina, j’ai bien aimé la balade d’un soir dans ce quartier.

 

le F’Tour

Nous avons eu la chance d’être invité au F’Tour, le repas de rupture du jeûne du Ramadan, chez une famille. Nous ne venons pas les mains vides, nous avons apporté un assortiment de pâtisseries.

 

A notre arrivée, la tv est sur une chaine de la péninsule arabique qui diffuse la prière, une fois la prière finie, le jeûne est rompu, nous pouvons commencer à manger. Sur la table, il y a de la soupe (harira), des fruits (dattes et figues),  des galettes, du miel, de la confiture, des pâtisseries, des jus de fruits, du thé à la menthe. La discussion est agréable bien que limitée par notre arabe ne comportant que quelques mots  et par leur français limité, mais l’ambiance est sympa entourés de cette famille composée de quatre filles et d’un garçon, ils nous chouchoutent. Le chef de famille va de temps en temps fumer sa cigarette,  il est en manque pendant la journée car c’est interdit pendant le jeûne.

 

Nous avons vécu cela comme un privilège, un excellent souvenir, merci à cette famille pour ce partage.

 

 Le F’tour

 

Un sympathique commerçant


Ce que j’ai moins aimé

les scooters dans la Medina

La visite de la Medina pourrait être plus agréable s’il n’y avait pas les scooters qui la sillonnent de façon incessante, ils nous frôlent dangereusement, klaxonnent, polluent, sont impatients. En fait on est toujours aux aguets, jamais serein quand on marche dans la Medina, surtout dans les plus petites ruelles. J’ai déjà connu ça à d’autres endroits (comme en Inde par exemple), mais d’après notre ami Hubert, il y a 4/5 ans, il n’y en avait pas ou peu, c’est un phénomène assez récent, dommage.

 

l’impression d’être un portefeuille sur pattes

Ou si vous préférez une pompe à fric ou encore une banque ambulante!

Ce n’est pas un problème propre à Marrakech, ça existe dans certains endroits du globe,  à plus ou moins grande échelle, mais ici le niveau est élevé ! Dans la médina, quoi qu’on fasse, où qu’on aille on a l’impression de devoir payer pour tout et n’importe quoi, les relations humaines en sont faussées, on est sur nos gardes, ça m’a beaucoup rappelé l’Égypte.

 

les faux guides

Justement cet irritant est en lien avec celui plus haut, je m’explique. Dans la plupart des pays du monde, quand quelqu’un semble perdu, cherche son chemin sans rien demander, ou demande son chemin à quelqu’un, une personne lui vient en aide sans arrière-pensée, dans la médina de Marrakech, des bandes de jeunes indiquent sans qu’on leur demande, la direction de la place (jemaa el fna) ou un autre lieu, il ne veut plus vous lâcher jusqu’à être très insistant voire agressif, tout ça dans le but de soutirer des dirhams pour le service rendu.

 

D’après un commerçant avec qui nous avons discuté, ces faux guides sont une plaie dans la médina, ils travaillent en bande, donnent une mauvaise image et parfois soutirent de grosses sommes en entrainant des touristes  dans un lieu isolé où ils deviennent menaçant. Attention donc…

 

les mosquées interdites aux non musulmans

J’avoue ne pas avoir compris cette interdiction, j’ai visité une cinquantaine de pays et c’est une des rares destinations où j’ai été confronté à ça. En Turquie, en Malaisie et en Iran, les mosquées étaient pratiquement toutes ouvertes à tous, en Inde, les tempes hindous sont ouverts à tous, les temples bouddhistes aussi en Asie du Sud Est et sans aller aussi loin, les églises en Europe le sont aussi. Le seul édifice ouvert aux non musulmans dans la médina est la Medersa Ben Youssef, j’ai voulu y aller, manque de chance elle est fermée pour cause de travaux…

 

le manque de respect de certains touristes

Ce  petit coup de gueule est valable partout dans le monde ! Quand on va dans un pays étranger, la moindre des choses est de se renseigner sur les us et coutumes du pays et sur le comportement à adopter, nous ne sommes plus chez nous. A Marrakech j’ai vu beaucoup trop de personnes habillées de façon inappropriées : des femmes en débardeur avec décolleté et portant un short ou jupe trop court, des hommes en short et débardeur... Le Maroc est un pays majoritairement musulman…

 Et que dire des personnes mangeant devant tout le monde dans la rue en plein ramadan ?

Comment voulez-vous qu’on nous respecte quand nous même nous ne respectons pas nos hôtes ?

 

Voici donc mon ressenti mitigé, vous l’aurez compris, Marrakech ne m’a pas laissé insensible, loin de là.

 

Bien sûr Marrakech ne se limite pas à Guéliz et à la médina, et le Maroc ne se limite pas à Marrakech. Peut-être irai-je un jour faire un tour du côté des montagnes de l’Atlas ou du sud désertique ou encore des villes comme Fès ou Essaouira pour un séjour plus long ? Inch’Allah.

 

Merci  Hubert pour ton accueil et pour les bons moments passés ensemble, sans toi, notre séjour aurait été bien différent!

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Sab (mercredi, 20 juin 2018 21:30)

    Bon tu le sais, c’est exactement ce qui me rebute... J’avais déjà entendu parler de la police corrompue là-bas... pas pour moi... c’est dommage