24 heures en Islande

Ceux qui ont lu cet article savent déjà que l’Islande est un pays qui m’a beaucoup marqué, je rêvais d’y aller, j’ai réalisé ce rêve.

 

Pour partager avec vous ces moments magiques, voici le récit racontant 24 heures de mon séjour d’une semaine.

 

 


Ceux qui ont lu mon article "De glace et de feu, l'Islande" savent déjà que l’Islande est un pays qui m’a beaucoup marqué, je rêvais d’y aller, j’ai réalisé ce rêve. Pour partager avec vous ces moments magiques, voici le récit racontant 24 heures de mon séjour d’une semaine.

« De Skaftafell à Höfn »

Bivouac de rêve

 

Cela fait déjà quelques jours que je découvre le sud de l’Islande à bord d’un camion aménagé avec ma femme Fanny. C’est la grande liberté, nous nous arrêtons où nous voulons, nous visitons à notre rythme.

Nous sommes arrivés au Parc National de Skaftafell après avoir traversé des champs de lave moussus. Nous avons passé l’après-midi à marcher jusqu’à une langue glacière impressionnante, entourés de sommets enneigés.

Le soir est là, nous cherchons un endroit tranquille où passer la nuit dans le camion. Au bord de la route, en face d’une station-service je monte sur une petite colline pour contempler la vue et trouver le squat parfait. Je vois une piste qui passe derrière un complexe hôtelier, on s’y engage.

 

On pose donc le camion à l’écart de la route et du complexe hôtelier, avec vue sur les montagnes et les glaciers, le top. Après un rapide repas de plat lyophilisé, je pars pour une balade digestive vers les glaciers. Je ne risque pas de me faire surprendre par la nuit, en cette fin mai le soleil ne se couche qu’une ou deux heures. Le paysage est grandiose, en plus le soleil couchant joue avec les nuages, rendant la lumière sublime. Je marche dans un paysage de montagnes, de glaciers, de rocaille parsemée de mousse d’un vert fluorescent et de lupins bleus en fleur. Dernier effort de la balade, je grimpe sur la crête d’une moraine pour avoir la vue à 360°, magique !

 

Je rentre au camion serein, le sourire aux lèvres, prêt pour une bonne nuit.

Balade avant de se coucher

Le soleil de minuit sur les sommets

Tutoyer les glaciers

 

Après une bonne nuit et le petit dej c’est parti pour de nouvelles découvertes. La route n’est pas monotone, loin de là, c’est même difficile de garder les yeux sur la route: à ma gauche les montagnes aux parois abruptes et glaciers, à ma droite la côte de sable noir et au milieu un immense champ de lave, le « sandur ».

Parfois une piste tourne à gauche vers un point de vue sur des langues et lagunes  glacières comme Fjällsarlon, Kviarjökull ou encore Breidarlon. Ces langues glacières viennent du plus grand glacier d’Europe : le Vatnajökull.

La glace est bleue ou blanche striée de lave noire et elle finit flottante dans une lagune tels des icebergs.

Lagune de fjällsarlon

Jökulsarlon

Rencontre avec les phoques

 

Mais le clou de la journée arrive vite : Jökulsarlon, le site glacière le plus impressionnant de la côte sud et un des sites les plus touristiques d’Islande. Ici aussi les langues glacières venant du Vatnajökull viennent s’échouer dans une immense lagune où s’ébattent des phoques.

C’est la première fois que j’en voie, il y en a une dizaine qui joue à cache-cache avec les touristes massés devant la lagune.

Nous passons des heures à contempler le paysage et le spectacle des phoques, c'est le site que j'ai préféré en Islande.


Des glaçons sur la plage

 

Les morceaux de glaciers de Jökulsarlon qui se retrouvent dans la lagune sont évacués vers la mer par un canal et ensuite s’échouent sur la plage de sable noir, résultat : un décor surréaliste de glaçons plus ou moins gros sur du sable noir volcanique, certains  sont translucides. On marche longuement sur cette plage, en plus avec le soleil, la mer commence à fumer, drôle d’ambiance !


Sur la route

 

Nous repartons de Jökulsarlon vers l’Est. Le paysage est toujours aussi grandiose, les montagnes aux sommets enneigés sont soit vertes à cause de la mousse, soit noires à cause de la roche volcanique. En tout cas je suis encore obligé de m’arrêter souvent au bord de la route pour prendre des photos et contempler. On voit quelques fermes isolées, je m’imagine la vie ici en plein hiver quand il fait nuit  presque toute la journée, avec le froid et le mauvais temps, dur…

Dans les champs il y a soit des moutons soit des chevaux aux poils longs, le spectacle est constant. Sur le bord de la route des panneaux indiquent qu’il faut faire attention aux rennes, nous scrutons les alentours à leur recherche, en vain…

Un village viking

 

Nous arrivons près d’Höfn, ce sera notre halte du soir. Mais avant je veux voir une reconstitution d’un village viking, construit il y a quelques années pour un film. Le village est laissé à l’abandon mais il est très bien conservé. Le décor naturel ajoute à l’ambiance spéciale et austère du lieu, les nuages sont accrochés au sommet des montagnes grises, on est seul, on s’y croirait.

Après cette visite insolite nous cherchons un endroit pour poser le camion pour la nuit mais il y a aucun endroit satisfaisant, nous allons donc faire un tour dans la ville d’Höfn qui est sous un grand soleil,  pour visiter.


Retour à la civilisation

 

Höfn est une petite ville aux maisons colorées en bord de mer, dans une baie, avec les montagnes et glaciers en fond, ça me rappelle la Norvège. Nous nous baladons au port et dans la ville. Il est aussi temps de se ravitailler dans un supermarché, nos réserves sont presque à sec, on prend entre autre des saucisses fumées, du fromage local et du skyr aux myrtilles (sorte de yaourt).

 

 En nous baladant nous remarquons que les endroits intéressants pour se poser pour la nuit sont interdits aux camping-cars et vans aménagés entre 22h et 6h. C’est le seul endroit où nous verrons ce genre de panneau. Donc après plusieurs nuits en campement sauvage, nous nous décidons à passer une nuit en camping. Cela me permettra de prendre une bonne douche après 2/3 jours à me nettoyer à la lingette et à me raser, la barbe a bien poussé. Ce camping est tout confort et il n’y a pas foule.

 

Après le diner, le soleil commence sa très longue descente, ce qui fait un coucher de soleil interminable. Je me balade dans la ville avant de dormir, ce soir encore la lumière est fantastique, les locaux en profitent aussi pour se balader, faire du vélo, les gamins jouent, j’imagine leur vie l’hiver ...

En ce qui nous concerne ce fut encore une belle journée, bien remplie.

 

Höfn est le point le plus à l’Est de notre road trip, demain ce sera le retour vers l’ouest et de nouvelles aventures.

Höfn et son fjord

Voici donc un récit de 24 heures en terre islandaise, si vous voulez d’autres récits islandais n’hésitez pas à me le dire, je me ferai une joie de vous en raconter d’autres. Et pour  des détails plus pratiques n'hésitez pas à me contacter ou à consulter cet article.

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Sab (mardi, 04 octobre 2016 21:22)

    Salut frangin,

    Encore une belle histoire qui nous fait vivre vos péripéties, on a l'impression d'y être !
    Un pays qui me plairait à coup sûr !
    Biz

  • #2

    selamat jalan (mardi, 04 octobre 2016 23:11)

    Merci pour le compliment! oui je suis sûr que ça vous plairait, vous y allez quand?
    Bises

  • #3

    camille (dimanche, 11 décembre 2016 15:04)

    merci de me faire rêver avec votre blog

  • #4

    selamat jalan (mercredi, 14 décembre 2016 08:57)

    De rien et merci pour ce commentaire qui fait plaisir!

  • #5

    Chrissand (dimanche, 07 mai 2017 19:56)

    Super votre blog , que de belles destinations de voyages, ça fait rêver! Bravo et bonne continuation

  • #6

    selamat jalan (mardi, 09 mai 2017 08:23)

    Merci pour le compliment, ça fait plaisir!!