Ko Kood, un petit goût de paradis

 

Au cours d’un voyage d’un mois et demi  en Asie du sud-est,  nous nous sommes arrêtés à Ko Kood (appelée aussi Ko Kut ou Koh Kood), une ile thaïlandaise non loin de la frontière  cambodgienne.

 

Pour finir en beauté notre voyage,   nous voulions nous relaxer dans un lieu paradisiaque, nous reposer, profiter d’une ile préservée, avant de retourner dans la grouillante ville de Bangkok.

 

Ayant été déçus par le Cambodge que nous venions de quitter prématurément, nous avons décidés de tout miser sur cette ile, nous n'avons pas été déçu!

 

Voici le récit de notre séjour à Ko Kood, une ile pour les amoureux qui m’a réconcilié avec la Thaïlande.

 


 

 

 

 

 


Quelle course pour arriver au paradis !

Nous sommes à Mairood, un charmant petit village de pêcheurs entre la frontière cambodgienne et Trat.  Il est 10h, nous sommes sur le bord de la route avec un des propriétaires du resort de Mairood où nous avons logé (une super adresse !), pour attendre le songthaew (pickup aménagé pour le transport de personnes, de marchandises et d’animaux).  Deux femmes attendent aussi avec nous quand le songthaew arrive, il est déjà plein, où allons-nous nous assoir ?

 

Mais comme souvent dans ces contrées, tout le monde  va se tasser, il y a des gens bien sûr mais aussi des sacs de riz, des caisses, des glacières pleines de poissons (on est en bord de mer), un chat dans sa caisse, un autre dans des bras et un chien assez grand par terre.

Moi j’ai Fanny sur mes genoux, on est tellement serré qu’on ne peut plus bouger, ma position est tellement inconfortable qu’au bout de 10 minutes, c’est pratiquement intenable, on en a pour 2 heures de trajet !

Heureusement, du monde descend et monte à la demande de temps en temps, au fur et à mesure que nous nous approchons de Trat. Le temps défile et je commence à m’inquiéter, va-t’on arriver à choper la navette gratuite pour le ferry ?

 

A Trat, nous loupons la dernière navette à 15 minutes près mais une dame de la compagnie du ferry (Koh Kood Princess) nous affirme qu’on a le temps d’arriver au débarcadère, moyennant finance bien sûr, mais on n’a pas le choix, nous embarquons pour son pick up et c’est parti pour une course folle sur une vingtaine de kilomètres qui sépare Trat du débarcadère à Laem Sok, on arrive juste à temps pour embarquer, merci Madame !


Mairood fishing village

Sur le ferry, on a le choix entre l’intérieur climatisé avec l’écran qui diffuse un film ou un karaoké, soit l’extérieur en plein vent et en plein cagnard, coup de soleil assuré. C’est parti pour une traversée d’ 1 Heure 40, avec du côté gauche le Cambodge et la côte qu’on a longé le matin même et du côté droit la grand ile de Ko Chang (que j’avais beaucoup apprécié 20 ans auparavant !).

 

Nous arrivons en vue de Ko Kood et d’Ao Salat, le village où se trouve le débarcadère, un grand bouddha domine le village et nous accueille, l’ile est couverte d’une forêt dense, j’adore !

 

Une fois débarqués, tout est bien organisé, des pickups  nous attendent, nous sommes dispatchés suivant nos lieux de séjour.

Une belle ile encore peu développée

Le trajet est assez rapide, l’ile n’a pas beaucoup de trafic, les routes sont belles, sinueuses, l’ile est vallonnée. La forêt domine, nous rencontrons peu d’habitations, nous apercevons des plages qui promettent d’être belles. On nous dépose à la « Happy Days Guesthouse », nous sommes accueillis avec le sourire par Cherry, une sympathique thaïlandaise.

 

Après avoir posé nos affaires, mangé un très bon « chicken rice garlic » cuisiné par un ladyboy, nous sommes pressés de découvrir la belle plage qui se trouve à proximité. Elle s’appelle Klong Chao, une longue plage bordée de cocotiers et de casuarinas, quelques bungalows et restos en arrière de la plage, un sable blanc et poudreux et  une eau transparente à 28/29° ! Ce n’est pas la foule, nous nous empressons de nous jeter à l’eau qui semble plus chaude que l’air, je prends le masque et le tuba car il y a un petit spot de snorkeling dans les rochers pour observer de beaux poissons multicolores.

 

Le coucher de soleil arrive, il est magnifique, de plus en plus de monde arrive pour le contempler, il semble que ça soit un bon spot pour ça.

 

Nous rentrons et faisons connaissance avec Chris, le sympathique propriétaire australien de la guesthouse, quel accent il a ! Nous apprenons que Cherry, la gentille dame qui nous a accueillis dans l’après-midi, est sa femme. Nous faisons aussi connaissance avec Mulan, la femelle macaque attachée à une longue corde, Chris nous explique  qu’elle était déjà là quand il a repris la guesthouse et impossible de la libérer, elle ne survivrait pas dehors. En tout cas elle adore les hommes, elle les aguiche avec des petits bruits et des « sourires », alors qu’elle est   agressive envers les femmes ! Fanny tentera quand même de l'amadouer.

 

Après la douche, nous traversons juste la route pour aller manger, un souriant couple thaï tient un resto devant lequel se tient un bel étal de poissons et fruits de mer (nous adorons!), il n’y a plus qu’à choisir le poisson qui cuira sur le barbecue, accompagné d’une bière Leo bien fraiche. Quelle journée ! Et que dire de ce début de séjour qui laisse augurer de futurs bons moments, ça promet !

La plage de Klong Chao


La bière devant le coucher du soleil à Klong Chao

Ao Yai, un paisible village de pêcheurs

Après un copieux petit déjeuner, nous louons un scooter/ moto à Chris, c’est indispensable pour partir à la découverte de l’ile, il n’y a pas de transport en commun sur l’ile et  peu de pickups. Les rares pickups appartiennent à des resorts, tout le monde circule en scooter ou à moto. En Thaïlande, on roule à gauche et sur l’ile, les routes sont sinueuses et font les montagnes russes, la conduite est plaisante, il y a peu de trafic et la route est entourée de végétation.

Fanny se cramponne derrière moi sur le scooter, c’est parti pour le sud de l’ile, direction  la plage de Ban Bao, premier stop. Ce n’est pas facile de trouver le chemin d’accès à la plage malgré la carte donnée par Chris, on dirait qu’on entre dans un resort, comme à Phu Quoc (au Vietnam).

 

La baie est belle, cernée par des langues de terre couvertes de foret, il y a de très belles portions de plage, d’autres moins, plus bétonnées. On s’installe dans une portion sauvage, l’eau belle, on passe un bon moment de baignade et de snorkeling.

 

Nous reprenons la route pour Ao Yai, un village de pêcheurs réputé pour ses restos de fruits de mer, c’est le cul de sac de la route. Avant d’arriver, on s’arrête à un point de vue d’où on domine la baie où se niche le village en bois sur pilotis. C’est le genre d’endroit qui me plait, nous nous baladons sur des passerelles en bois, entre les maisons et les bateaux de pêche, de beaux et gros poissons et des oursins sont visibles dans l’eau qui est bien "clean". D’un ponton, nous voyons même un banc de barracudas !

 

Nous arrivons au Chonthicha restaurant qui nous a été recommandé, le cadre est superbe, nous mangeons des gambas et des calamars avec vue sur la baie et sur les bateaux de pêche. A la sortie du restaurant, nous croisons des militaires, il y a une base de la marine pas loin, le Cambodge est proche, c’est pour cela que la côte Est n’est pas développée, elle est stratégique, face au Cambodge.

Chris nous dira aussi plus tard que ce village était un coupe gorge quelques années auparavant, la route n’y allait pas, les pêcheurs faisaient du trafic en tout genre avec le Cambodge (trafic d’armes et d’humains entre autre), le village était tenu par une « mafiosa ». Aujourd’hui c’est bien plus calme !


Bang Bao beach

Ao Yai


Ensuite direction Ao Prao, un petit village sur pilotis dans la mangrove à l’extrémité d’une plage assez sale, surtout où il n’y a pas de resort, en effet le personnel des resorts ramasse les déchets sur « leur » plage, mais pas ailleurs. Nous partons vite à la recherche d’une plus belle plage, il fait chaud, nous voulons nous baigner. Direction la plage d’un resort, le Neverland , nous accédons à la plage en entrant dans le resort, pas le choix, ça m’énerve cette appropriation des plages, ils les privatisent …

La plage est belle, entourée de jungle et seul ce resort occupe une petite partie de celle-ci sans la dénaturer, le reste est sauvage.

 

Nous nous jetons à l’eau, nous observons des russes qui se baignent un peu plus loin, l'un d’eux, un sosie de poutine, il fait le beau en roulant des mécaniques (en slip de bain) et se casse la gueule lamentablement à deux reprises dans l’eau en tentant de se coucher dans un hamac planté au-dessus de l’eau, splash ! Nous rions tellement que nous en pleurons, impossible de nous en cacher… Le sosie de poutine s’est ridiculisé en se vautrant misérablement deux fois devant nous, ça en est trop !

 

Mais il est temps de partir à la belle plage de Klong Chao, le meilleur spot pour le sunset, mais avant, arrêt à une supérette pour acheter une bière Chang. Arrivés à la plage, baignade obligatoire, l’eau est tellement attrayante et ensuite dégustation de la Chang devant le beau spectacle du coucher, nous ne sommes pas les seuls, les gens sont arrivés, il semble que cette plage soit le  spot "sunset" de l’ile.

Ensuite, comme la veille, nous nous arrêtons devant l’étal de poissons  du resto en face de la guesthouse, nous commandons ce que nous allons manger ce soir : barracuda et coquilles saint jacques, le temps de prendre la douche, ils seront cuits et notre table prête !

La  belle plage à côté du resort Neverland

Welcome to the jungle

Ce matin, le temps est un peu couvert, au programme "the jungle" !

 

L’ile est couverte d’une belle forêt où se cachent quelques cascades et autres curiosités. Munis de notre carte, nous partons en scooter dans l’intérieur de l’ile, la route laisse la place à une piste en pleine forêt. 

 

Nous nous arrêtons au niveau de deux beautés de la nature, les arbres de Sai Yak, un est âgé de plus de 500 ans et l’autre de plus de 700 ans ! Qu’ils sont beaux et immenses ! Leurs racines sont énormes, des mannequins ont été posés contre l’arbre pour en faire ressortir sa massivité, son immensité, sa grandeur, sa majesté. Certains ont posé des offrandes comme si ils le vénéraient comme un dieu. Moi je me contente de le toucher, d’apposer mes mains sur son tronc, en signe de respect, pour qu’il me donne un peu de sa puissance.  J’ai un grand respect pour ces géants, qu’ils vivent encore plusieurs siècles !

 

Nous nous enfonçons encore plus loin par la piste jusqu’à la chute d’eau Huang Nam Kaew, une belle cascade en pleine jungle. Elle n’est pas au top de sa forme, le débit est assez  faible, je ne résiste pas à l’envie de me prendre une bonne douche fraiche, revigorante et massante, et malgré le faible débit on la sent bien marteler le corps !

Sai Yak tree

Huang Nam Kaew waterfall

Après cet interlude rafraichissant dans la jungle, nous retournons vers la côte, vers les plages. Nous nous arrêtons à Suan Ya, bof, c’est une plage qui casse pas des briques, on repart au bout de quelques minutes, sans regret, direction le cul de sac de la route qui va vers le nord, la plage semble magnifique. Mauvaise nouvelle en arrivant, impossible de passer, un resort hors de prix (le Soneva Kiri) a monopolisé, privatisé la plage, une guérite avec deux gardiens barre l’accès. Que ça m’énerve ce droit que s’octroient les hôteliers à privatiser des plages…

 

Nous rebroussons chemin, un moment nous voyons d’autres touristes prendre un chemin en scooter, nous les suivons, peut-être est-ce l’accès à une belle plage ? C’est « secret sunset beach », elle est déserte, pas de resort mais qui dit « pas de resort », dit « pas de ramassage de déchets », dommage, la plage est sympa, avec une ile au large Ko Raet, nous marchons un peu et nous baignons avant de repartir.

 

Maintenant il faut trouver où manger, nous enfourchons notre scooter, rien ne nous fait envie en route jusqu’à ce que nous trouvons une dame qui cuit des brochettes en bord de route, quelle bonne odeur! Nous sommes accueillis par une adorable famille aux petits soins, nous nous régalons de brochettes de poulets accompagnées  de riz gluant.

 

Nous repartons rassasiés vers Klong Mat, à l’Ao Tapao beach, une plage assez sympa, surtout de l’autre côté de la jetée, au Shantaa resort. La plage est superbe, bordée de cocotiers, le sable est  blond, au grain plus gros qu'ailleurs,  l’eau transparente (comme partout sur l’ile) et le snorkeling vraiment sympa dans les rochers, dommage que le temps soit toujours un peu couvert... Nous y restons un bon moment avant de partir vers la « sunset beach » Klong Chao, mais avant nous stoppons à une supérette pour acheter notre chang avec des pistaches pour le coucher du soleil, nous en profitons aussi pour déguster une glace au durian, on adore !

 

Et comme tous les soirs depuis que nous sommes à Ko Kood, c’est baignade et coucher de soleil à Klong Chao et poisson au resto en face de notre guesthouse, c’est désormais notre cantine du soir !


Un petit air de paradis

Un massage thaï au bord de l’eau

C’est le dernier jour, le ciel est encore couvert, le programme du jour : retourner au sud de l’ile où nous avons trouvé les plus belles plages. Nous retournons à Bang Bao mais la magie de la première fois n’opère pas, peut-être est-ce dû au temps couvert ? Nous n’y restons pas longtemps.

Nous filons plein sud et bifurquons sur une nouvelle piste que nous n'avons jamais explorés, qui aboutit bien sûr à un resort, le Klong Hin beach resort. Comme d’habitude, nous devons nous y garer et le traverser pour accéder à la plage, et là quelle plage ! Nous tombons de suite sous le charme de la klong hin beach. Le resort est assez discret sous les cocotiers, l’eau est superbe, il y a un spot de snorkeling très intéressant et le sable ressemble à du talc tellement il est blanc et fin. En nous baignant nous nous disons que nous resterions bien ici toute la journée pour notre dernier jour sur l’ile, histoire de finir en beauté. Finalement nous resterons toute la journée. A force de barboter et d’observer les poissons, la faim arrive, la carte du Montana resort, qui est juste à côté,  est alléchante, nous discutons avec la propriétaire thaïe, Praveena,  qui parle français, elle a visité la France, elle est très sympa, son resort est superbe, dommage que ça soit trop cher pour nous. En tout cas le repas est bon, pas cher, avec vue sur la plage.

 

Après manger nous partons nous faire masser sur la plage, un massage traditionnel thaï. Moi qui croyais que c’était cool, en fait c’est bien costaud, bien physique, parfois même douloureux, une sorte de yoga bien énergique sans faire d’effort ! On entend parfois des os craquer mais ça fait du bien.

 

Ensuite c’est de retour dans l’eau, il faut profiter de ce cadre enchanteur, de cette eau translucide à 28°.

Le ciel s’éclaircit au moment du soleil couchant, on ne voit pas le soleil comme sur Klong Chao mais il illumine d’une douce lumière autour de nous, c’est beau.

 

Nous retournons « chez nous », comme tous les soirs nous commandons le poisson et autres fruits de mer que nous allons manger, « on ne change pas une équipe qui gagne » !

 

C’est le dernier soir, après manger, nous nous baladons à Klong Chao (la plage du coucher du soleil !), c’est une autre ambiance la nuit venue, des tables romantiques sont dressées sur la plage, les cocotiers sont élégamment illuminés. Comme nous l’a fait remarquer un français avec qui nous avons discuté le matin même, on s’aperçoit que c’est l’ile des amoureux par excellence, les célibataires se sentent un peu seuls, les couples sont légions, cette ile est romantique à souhait ! L’horizon est éclairé par des dizaines de bateaux de pêche au lamparo. On assiste par hasard, sur la plage,  à un spectacle de jongleurs avec des torches et des bâtons enflammés, impressionnant, ça clôture bien notre journée !

Klong Hin beach

Prête pour le massage !

Au soleil couchant

ma définition du paradis

No worries !

Lever un peu plus tôt ce matin, il faut être prêt pour la navette Boonsiri pour le ferry. Quand le pickup arrive, Chris et Cherry nous saluent chaleureusement par une accolade, en nous donnant une poche contenant de l’eau et des friandises, une délicate attention, merci à eux pour leur gentillesse et leur disponibilité, leur guesthouse est une bonne adresse. Je retiendrai de Chris son tic verbal « no worries » que j’ai eu du mal à comprendre au début tellement son accent australien est marqué ! 

 

Le retour est triste, on se plaisait bien ici sur cette ile encore préservée, ce soir nous serons à Bangkok pour les derniers jours de notre périple d’un mois et demi. Ce soir nous avons rendez-vous pour diner avec Bertrand, expatrié à Bangkok,  qui avait été un peu mon compagnon de voyage  lors de mon grand voyage de plusieurs mois en 1999, des retrouvailles presque 20 ans après ! Mais ceci est une autre histoire, la parenthèse Ko Kood est terminée !

Ao Salat, la dernière vision de Ko Kood

Infos pratiques

Nous y sommes allés en novembre 2018.  

Transport

-pour y aller :

 Nous avons pris la compagnie Ko Kood Princess à l’aller et la compagnie Boonsiri au retour avec un bus direct de l’embarcadère jusqu’à Kao San road.

 

-sur place : location de scooter quasi obligatoire pour bien sillonner l’ile, sinon on se cantonne à une seule plage, ce qui est dommage. Nous avons loué à notre guesthouse qui fait un rabais pour ses résidents.

Hébergement

Nous avons logé au « Happy Days guesthouse », une guesthouse sympa et peu onéreuse, l’accueil de Chris et Cherry est excellent. Les bungalows  des  resort en bord de plage sont bien plus chers.

Restaurants

-nous avons mangé une fois à la guesthouse, à l’arrivée car nous avions faim, c’était pas mal du tout.

 

-en face de la guesthouse, notre cantine du soir,  le petit resto sympa de poissons et fruits de mer tenu par une famille adorable. Le poisson et les fruits de mer sont cuits au barbecue. Chaque soir un dessert de fruits frais nous a été offert.

 

-au village Ao Yai, on nous avait recommandé le Chonthicha restaurant, nous n’avons pas été déçus.

 

-les bonnes brochettes de viande en bord de route au Chepa restaurant.

 

-nous avons bien mangé au « Montana resort » sur la plage de Klong Hin.

Mon top 3 des plages

Klong Hin beach : sable blanc, cocotiers, eau transparente et bon snorkeling.

 

la plage du Neverland resort : une belle plage tranquille assez sauvage.

 

Klong Chao : une belle plage, moins tranquille mais parfaite pour le coucher du soleil.

Le paradis des fruits de mer


Nous nous sommes régalés !

A Bang Bao

Cette ile m’a réconcilié avec la Thaïlande, que je croyais perdue, bétonnée à outrance, sacrifiée au dieu « tourisme de masse »,  je ne pensais pas trouver ce petit coin préservé. Certes, Ko Kood n'est pas la plus belle ile que nous avons vu lors de nos voyages, mais elle figure en bonne position! Et vous, quel est votre petit coin de paradis?

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Sab (dimanche, 06 octobre 2019 20:22)

    J'en ai plusieurs coins de paradis ! Mais si on parle de plages obligatoirement, alors la lake Tahoe allie l'eau cristalline, la montagne, bref la beauté de la nature ET la tranquillité (après je pense que l'été c'est surpeuplé comme partout)

  • #2

    selamat jalan (lundi, 07 octobre 2019 22:24)

    En effet, pour avoir vu vos photos, le lac Tahoe est superbe! Mais j'aime aussi certaines iles/ plages de Malaisie ou des Philippines!