J’ai eu la chance de visiter la Syrie, le Yémen et le Pakistan.

 De nos jours  la Syrie et le Yémen sont en proie à une guerre meurtrière, impossibles à visiter, tandis que le Pakistan, lui, n’est pas en guerre mais quand même très déconseillé à cause d’une  grande insécurité due aux talibans.

 

Ces pays j’ai eu la chance de les visiter quand ils étaient sûrs, j’en garde un excellent souvenir.

 

J’y ai eu un très bon accueil, l’ambiance était particulière et le dépaysement total, c’est pour cela que je tenais à parler de mon ressenti, avec un mélange de nostalgie et de tristesse.

 


De nos jours  la Syrie et le Yémen sont en proie à une guerre meurtrière, impossibles à visiter, tandis que le Pakistan, lui, n’est pas en guerre mais quand même très déconseillé à cause d’une  grande insécurité due aux talibans. Ces pays j’ai eu la chance de les visiter quand ils étaient sûrs, j’en garde un excellent souvenir.  J’y ai eu un très bon accueil, l’ambiance était particulière et le dépaysement total, c’est pour cela que je tenais à parler de mon ressenti, avec un mélange de nostalgie et de tristesse.

 

La Syrie

 

Ce pays je l’ai visité lors de mon périple de plusieurs mois en Asie et Moyen Orient en 1999, entre la Turquie et la Jordanie. La Syrie était sous la dictature d’Hafez El Assad, le père de Bachar.

 

Visites : Hama, Alep, Damas, Maaloula, Palmyra, le Krak des Chevaliers, Apamea

Les Al Assad dictateurs de père en fils

Ce qui m’avait marqué :

 

D’abord une population sympa et accueillante.

 

J’ai sillonné ce pays avec Bertrand, un super compagnon de voyage rencontré en Turquie.

 

J’ai testé le hammam syrien avec massage énergique par un gros monsieur poilu et avec une tasse de thé à la fin. On se sent propre et reposé, un délice !

 

J’y étais en plein été, il faisait très chaud, à plusieurs endroits j’ai dormi sur les toits des hôtels (rooftop), j'ai adoré et en plus c'était moins cher.

 

A Damas les prostituées qui nous accostaient par des « hello mossieur » à la porte d’hôtels de passe et le souvenir d’une soirée un peu arrosée dans un bar clandestin, dans une ambiance cosmopolite, il y avait des soudanais, iraniens, kurdes et irakiens, un super souvenir.

 

Les souks de Damas et Alep sont parmi les plus beaux et les plus typiques que j’ai eu la chance de visiter dans le monde, une débauche de couleurs et d’odeurs.

 La magnifique mosquée des Omeyyades à Damas ou le Krak des chevaliers, un château datant des croisades ou encore Maaloula un beau village de montagne peuplé par une population chrétienne qui parle encore l'araméen, la langue du Christ.

 

Et le meilleur pour la fin : Palmyra, un joyau en plein désert, des ruines très bien conservées sur une étendue assez grande entre la palmeraie et la montagne. C’est un des plus beaux sites archéologique que j’ai vu dans le monde, au même titre que Persepolis, le Taj Mahal, les pyramides ou Bagan.

 

Que reste-t'il de toutes ces merveilles?

Palmyra, un site incroyable en plein désert

Le Yémen

 

Cela faisait longtemps que je rêvais de voir de mes propres yeux ce pays dont j’avais entendu tant d’éloges. J’ai profité d’une période où ma femme ne pouvait pas prendre de congés pour y aller en solitaire.

 

Ma première vision du pays ? Dès l’aéroport les hommes sont habillés de façon traditionnelle avec leur keffieh sur la tête et leur jambiya* portée fièrement à la ceinture, de suite on est dans l’ambiance.

 

Visites : Sana’a et le djébel Haraz

Une belle rencontre à Sana’a

Ce qui m’avait marqué :

 

D’abord mon arrivée à Bab Al Yemen, la porte d’entrée de la vieille ville de Sana’a,  le soir. Je n’en croyais pas mes yeux, je me suis pincé, les larmes aux yeux, un rêve se réalisait, j’étais ébloui par la beauté et l’ambiance de cette ville.

 

Au Yémen, des femmes on en voit dans la rue ou dans les villages,  des fantômes noirs dont on ne voit que les yeux. Je me souviendrais toujours de mon guide Ali dans les montagnes, qui reconnaissait les belles femmes rien qu’en voyant leurs yeux… Il m’a scotché ! Je parle plus en détail de cette anecdote dans cet article.

 

Les armes sont très présentes mais sont plutôt des signes d’apparat : la jambiya traditionnelle est coincée à la ceinture de presque tous les yéménites, elle permet de distinguer la tribu ou le rang social. Mais j’ai vu aussi un chauffeur de taxi collectif qui avait sa kalashnikov à côté de lui, ça impressionne un peu.

 

C’était un pays pas totalement sûr, j’ai été obligé de demander des laisser-passer à la police touristique car il y a  des endroits interdits aux touristes car dangereux (rébellion interne). De nombreux checkpoints contrôlaient les laisser-passer, impossible de se retrouver en « zone interdite ».

 

Malgré cela c’était un pays accueillant envers les étrangers, j’ai reçu de nombreux  « hellos » et « welcome » dans la rue et des invitations à manger dans les restos.

 

Par contre j’étais  obligé de regarder dans les gamelles des autres clients pour montrer ce que je voulais manger, assez cocasse ! En effet les menus étaient en arabe et les serveurs ne parlaient pas anglais.

 

Une autre caractéristique du pays : le qat, un arbuste dont les feuilles sont mâchées par les hommes pour leur effet stimulant et euphorisant. C’est un fléau qui paralyse le pays l’après-midi car la plupart des hommes le mâchent et sont shootés. On reconnait les mâcheurs de qat à la boule qui leur déforme  une joue. Et dans le paysage, la culture du qat prend le dessus sur des  cultures vivrières et en plus, demande beaucoup d’eau dans un pays qui en manque.

 

Je garde de ce pays d’excellents souvenirs : les randos dans la montagne du djebel Haraz, mes déambulations à travers les ruelles de la vieille ville de Sana’a avec ses souks et m’assoir boire un thé avec les locaux à observer la vie autour de moi à Bab Al Yemen.

 

Mon regret : ne pas être allé dans la vallée de l’Hadramaout  visiter Shibam la Manhattan du désert, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Aujourd'hui le pays est en guerre, bombardé par une coalition menée par les saoudiens...

Bab Al Yemen depuis les remparts

Le Pakistan

 

Je suis entré au Pakistan en 1999, depuis la frontière indienne près d’Amritsar. Après 2 mois d’Inde et d’indiens collants, nombreux, curieux et parfois arnaqueurs, les Pakistanais m’ont apparus de suite comme des gens calmes, souriants et bienveillants. Mes premières visions de l’autre côté de la frontière: les hommes en shalwar kamiz* et les camions bariolés.

 

Visites : Peshawar, Rawalpindi, Islamabad, vallée de Swat, Quetta, Gilgit, la vallée du Baltistan (Skardu et Khapalu)

Un beau camion bariolé

Ce qui m’avait marqué :

 

Ici aussi l’accueil était royal, partout où j’allais c’était des invitations à boire le thé ou à manger.

Je me souviens particulièrement de Khalid à Peshawar qui était aux petits soins pour moi et m’a servi de guide dans sa ville. Quelle générosité de la part de cet homme ! Et je me souviens aussi de Bahrain, ce village de la vallée de Swat, j’ai mis plusieurs heures à sillonner la rue principale car les commerçants voulaient papoter avec moi et m’offrir le thé. Le même jour, après 1 heure de rando depuis Bahrain, dans un petit village, ce sont les hommes du village qui m’invitent à manger.  

 

Un des plus grands regrets de ce voyage c’est mon appareil photo qui m’a joué un mauvais tour : je croyais prendre des photos mais le cache de l’objectif ne s’ouvrait pas, je n’en savais rien. Résultat,  pas de photos du Baltistan et de Gilgit alors que j’avais fait beaucoup de portraits et que les paysages étaient somptueux.

 

Et avec du recul j’ai aussi le regret de ne pas avoir prolongé mon visa d’1 mois, trop pressé  d’aller visiter l’Iran.

 

J’ai croisé des mecs qui affirmaient être talibans et qui  étaient fiers de me le dire  mais bizarrement sans agressivité.  

 

Je me souviens aussi avec nostalgie  des réfugiés afghans avec qui je discutais souvent, on buvait le thé ensemble en parlant du commandant Massoud* leur héros.

 

 En 1999 il y avait déjà des zones dangereuses au Pakistan comme par exemple le Baloutchistan que j’ai traversé  en bus mais il y avait aussi les zones tribales à la frontière afghane.

 

Je garde le souvenir inoubliable du coucher du soleil sur un des plus hauts sommets du monde, le Nanga Parbat, durant mon trajet en bus sur la KKH (Karakorum Highway), tout simplement magique !

 

Je rêve de retourner au Pakistan pour une raison : retourner au Baltistan (la vallée de Skardu et  le massif du Karakorum). Pour moi ce sont  les plus beaux paysages de montagne que j’ai vu dans le monde, avec en plus une population accueillante.

Ils m’ont invité à manger

Voici donc ce que j’ai eu la chance de vivre dans ces pays en 1999 pour la Syrie et le Pakistan et en 2009 pour le Yémen. Bien sûr une femme aurait eu sûrement un autre ressenti, c’est plus facile pour un homme de voyager dans ces pays. Je rêve de retourner au Pakistan et au Yémen, en espérant qu’un jour ils retrouvent leur calme. Et un pays que j’ai toujours rêvé de visiter : l’Afghanistan…mais c’est une autre histoire.

Légende :


*jambiya : poignard à lame courte courbe, porté à la ceinture dans les pays arabiques, j'en ai rapporté un en souvenir.

 

*shalwar kamiz : un pantalon bouffant avec une tunique longue, tenue portée par beaucoup de pakistanais, j'en avais acheté un.

 

*Massoud : Ahmad Shah Massoud, appelé commandant ou lion du Pandjchir, il a combattu contre l'occupation soviétique puis contre le régime des talibans en Afghanistan. Il a été assassiné par les talibans en 2001.

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Sab (lundi, 08 août 2016 08:42)

    Très intéressant... Je comprends tes regrets vu la situation actuelle tu aurais voulu en voir et profiter plus mais au moins tu as visité ces pays, et vu palmyra intacte, c'est une chance...

  • #2

    selamat jalan (lundi, 08 août 2016 09:39)

    Oui je me dis que j'ai de la chance de les avoir visité quand c'était beaucoup plus calme...

  • #3

    Maeva (vendredi, 19 août 2016 16:28)

    Très intéressant, c'est dommage que la guerre gâche tout... Les photos sont très jolies, en particulier je trouve, celle du camion qui est très original! J'ai une question: est ce que quand tu écris, tu te souviens de tout ce que tu as vu, toutes les anecdotes etc ou est ce que c'est en revoyant les photos que certaines choses te reviennent? Je trouve ça incroyable d'avoir autant de choses à partager niveau voyage et anecdotes, d'avoir autant de beaux souvenirs, merci!
    Bisous à tous les 2

  • #4

    selamat jalan (vendredi, 19 août 2016 22:06)

    Oh oui j'en ai des beaux souvenirs avec tous ces voyages effectués! Et ce n'est pas fini! Pour répondre à ta question, j'ai une bonne mémoire en ce qui concerne les voyages, et si j'ai un trou de mémoire, je me réfère à mes carnets de note. Parfois aussi les photos me rappellent des souvenirs.
    Bises.

  • #5

    manola (mercredi, 14 septembre 2016 08:40)

    des pays en feu ....
    ta passion pour les voyages t'a emmené bien loin.. merci pour ces récits d'un autre monde.. d'une autre époque, pas mieux sous ces dictateurs.. d'ou ces guerres !
    bisous à vous 2....

  • #6

    selamat jalan (mercredi, 14 septembre 2016 22:48)

    Oui, maintenant des pays en feu, mais des joyaux à une certaine époque... Quel gâchis...
    Bises Mano