Retrouvailles à Yazd

Lors de mon récent voyage en Iran j’ai revu un vieil ami rencontré 17 ans auparavant à Yazd : Mohsen.

 

On ne s’était jamais trop  perdu de vue depuis tout ce temps, on s’envoyait des cartes postales, des mails et avec l’émergence des réseaux sociaux c’est devenu encore plus facile de rester en contact.

 

Voici le récit de nos retrouvailles.

 


Lors de mon récent voyage en Iran j’ai revu un vieil ami rencontré 17 ans auparavant à Yazd : Mohsen.  On ne s’était jamais trop  perdu de vue depuis tout ce temps, on s’envoyait des cartes postales, des mails et avec l’émergence des réseaux sociaux c’est devenu encore plus facile de rester en contact. Voici le récit de nos retrouvailles.

 

Notre rencontre en 1999

 

Je suis en plein périple à travers l’Asie et le moyen orient, cela fait 6 mois que je voyage depuis la Thaïlande vers  le proche orient. Je suis en Iran, à Yazd. 

Alors que je visitais la mosquée du Vendredi, deux jeunes m’interpellent en anglais en me posant les questions habituelles : tu viens d’où ? Quel est ton nom ? Tu fais quoi dans la vie ? Tu penses quoi de l’Iran ? Depuis que je suis en Iran c’est monnaie courante, les rencontres se succèdent, les iraniens sont avides de rencontres avec des étrangers.

 Donc ces jeunes très sympas,  Mohsen et Eisa s’improvisent guides. Ils me font la visite de la vieille ville, on regarde le coucher de soleil sur la ville depuis un toit, superbe !

Puis on va chez un de leurs amis fumer le galyan, le narguileh iranien et boire le thé.  Je sens Eisa et Mohsen un peu en concurrence pour m’ « accaparer ».

J’ai une préférence pour la compagnie de Mohsen, plus calme. Les jours où je reste à Yazd Mohsen m’invite chez lui, me fait visiter les tours du silence*, grâce à lui je découvre la vie d’un jeune iranien.

Je quitte Yazd avec de très bons souvenirs et les coordonnées de Mohsen.

Mohsen à droite se marre en me regardant fumer le galyan

Mohsen et Eisa sur un toit de la vieille ville


Nos retrouvailles en 2016

 

Depuis quelques années déjà l’idée de retourner en Iran me titille pas mal, c’est ma femme Fanny qui va précipiter mon retour : elle veut y aller !

Je préviens Mohsen que nous comptons nous rendre à Yazd, il me donne ses coordonnées téléphoniques, je dois l’appeler dès que je pose le pied sur le territoire iranien.

En arrivant à la gare routière de Yazd, j’essaie de joindre Mohsen sans succès, un iranien l’appelle pour nous, il arrive  15 minutes plus tard.

Les retrouvailles sont émouvantes et un peu réservées à la fois, ça fait bizarre de se revoir après tant de temps. On a beaucoup de choses à se raconter, on ne sait pas par où commencer.

En tout cas, on fait vite un constat: moi j’ai perdu mes cheveux, lui sa moustache et  on a tous les deux pris des kilos !

Nous étions tous les deux étudiants en 1999, nous sommes maintenant tous les deux mariés et lui a une petite fille adorable, Ariana.  Il est chef d’entreprise et ça marche bien pour lui, son entreprise est en pleine expansion, je suis content pour lui.

Nous allons passer 2 jours intenses et exceptionnels chez Mohsen  et Onieh , sa femme. Ils sont aux petits soins pour nous, ils nous amènent au restaurant, dans le désert pour des sensations fortes en 4x4 (vidéo), dans la vieille ville de Yazd, aux tours du silence,  ils nous font gouter plein de spécialités culinaires.

Dans la vieille ville de Yazd

Nous nous racontons nos vies, nous nous remémorons nos souvenirs de 99.

Ils nous présentent leurs parents qui nous accueillent comme des rois, Mohsen nous aide même à acheter un beau tapis.

La ville en elle-même s’est étendue, il y a plus de touristes, d’hôtels et de restaurants mais elle est toujours aussi belle.

Ces deux jours vont trop vite passer. Les au revoir entre Onieh et Fanny sont chaleureux et émouvants, elles s’adorent ! Mohsen nous conduit à la gare routière, nous trouve un bus qui part rapidement et appelle même un de ses employés d’Ispahan pour qu’il vienne nous chercher à la gare routière d’Ispahan, pour nous conduire à notre hôtel.

Au moment du départ, Mohsen nous dit « see you next year* ». Oh oui mon ami, nous allons revenir, pas l’année prochaine mais nous reviendrons c’est sûr !  Merci !

Après les sensations fortes dans le désert.

Voici donc le récit de ces retrouvailles 17 ans après avec mon ami iranien Mohsen. C’est le reflet de l’accueil iranien. Comme promis nous y retournerons mais nous souhaitons aussi les accueillir chez nous un de ces jours. L’aventure ne s’arrêtera pas là ! Khoda Hafez* !

 

Légende :


*tours du silence : ce sont des tours qui se trouvent au sommet de collines, utilisées par les zoroastriens. Ils y entreposaient leurs morts , pour y être dévorés par les oiseaux de proie.

 

 *see you next year : à l’année prochaine

 

 *khoda hafez : au revoir

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Sab (lundi, 25 juillet 2016 20:35)

    Très belle histoire ! J'aime bcp lire tes anecdotes, vivement la prochaine

  • #2

    selamat jalan (lundi, 25 juillet 2016 22:13)

    Merci!